Francis JACOB, Gouverneur 2019-2020 du District 1790

Edito

Nous sommes dans une période lourde de conséquences face à la dangerosité et la propagation rapide du virus Covid-19 et n’avons pas de réponse par manque de connaissances de nos spécialistes pour le combattre. Les décès sont très importants chez nos voisins italiens, espagnols, mais aussi en France.

Cette période aura touché les personnes malades dans leur chair, mais nous pensons à celles qui souffrent de l’isolement et de ses conséquences. Depuis le 17 mars le confinement a été décrété pour nous tous. Si une date de dé-confinement est envisagée, nous ne savons pas quelles en seront les conditions. Mais nous n’en sommes pas encore là. Une mobilisation générale de la société s’est opérée et les clubs rotariens ont su montrer l’exemple avec des opérations particulièrement importantes sur tous les secteurs du District, se réunissant pour être plus efficaces en moyens financiers et humains. L’interclubs de Nancy a fédéré les dix clubs du secteur, 14 autres clubs du District et le Rotaract, dans diverses actions d’achat de masques, de sur-blouses et d’autres matériels de protections. Remercions particulièrement les clubs de Nancy-Héré, Nancy-Ducale, Nancy-Prouvé, Nancy-Portes-des-Vosges et Nancy- Majorelle. Ce fut une mobilisation journalière et permanente de leurs présidents pour gérer les achats et la distribution. Les infirmières libérales du Grand Nancy, des médecins, des services hospitaliers, des EPHAD (18) ont pu bénéficier de ces matériels offerts par l’interclubs. Les clubs ont sollicité fortement leurs réserves financières pour mener à bien ces actions. Des “Global grants“ sont actuellement en cours de préparation parmi les clubs de Thionville pour apporter du matériel (respirateurs) aux établissements hospitaliers.  Cette solidarité a permis d’apporter à la population la protection que l’Etat ne pouvait assumer, avec des distributions de masques dans les Ehpad, des fabrications de visières à Sarrebourg ou Sarreguemines, des achats de tablettes, du côté d’Epinal, Gérardmer, pour établir un lien virtuel entre les anciens hospitalisés et les familles à l’extérieur. A Metz aussi, les RC-La Fayette, Rive gauche et Metz-7 ont acquis des sur-blouses et des masques pour les professionnels de santé. De même le club de Hayange a fourni des masques à 7 Ehpad, des plateaux repas au « Resto du cœur », pompiers. Ce sont les actions dont j’ai actuellement la connaissance. A ne pas douter que d’autres clubs se sont aussi mobilisés. Nous ferons un état global dans une prochaine publication.

La mobilisation dans la lutte contre ce virus a su mettre en sommeil les différences de chacun, c’est ce qui fait la richesse du Rotary dans « Servir d’abord ». De son côté le District s’est aussi mobilisé autour d’une demande spécifique de subvention mondiale dite « catastrophe ». Elle consiste à une mise à disposition par la Fondation de 28 000$ par district demandeur. Elle sera utilisée pour l’acquisition de 30 pousse-seringues qui seront remis aux établissements hospitaliers de Metz et Nancy. Nous sommes mobilisés pour la recherche en récoltant des fonds pour l’Institut Pasteur.

Le moyen de lutter efficacement contre les virus repose notamment sur beaucoup d’hygiène par un lavage de main régulier et répété, mais cela nécessite d’avoir de l’eau potable à disposition. L’eau est un des axes d’action de la Fondation pour les “Global grants“, c’est une mesure de prévention dans le développement de la pandémie dans les pays en voie de développement.

En cette occasion, la Fondation parfois discutée par quelques Rotariens, démontre sa disponibilité financière pour accompagner les clubs et les districts dans leurs actions. Beaucoup de collectivités locales ont conscience de l’importance du monde associatif et tout particulièrement du Rotary en recevant les gouverneurs lors des visites de club. L’immersion dans la vie collective est pleine et entière. Les clubs sont une identité importante dans la vie des collectivités. Cette constatation met une fois de plus en évidence l’importance du monde associatif dans la vie société. Posons-nous la question : que deviendrait notre vie de tous les jours, si les associations disparaissaient de notre environnement ?

Est-ce déjà le moment de penser à la reconstruction sociale et économique ? Ce sera le problème de chacun pour le bien de tous. Nous devons rester mobilisés pour aider ceux qui seront en difficulté, pour que personne ne reste sur le quai en voyant partir le train.

Francis Jacob

Gouverneur du District 1790