Francis JACOB, Gouverneur 2019-2020 du District 1790

Edito

La notion de paix est grande. Malheureusement, quand on y fait référence, cela sous-entend conflit.

Les origines des conflits sont multiples, recherche de territoires, de richesses naturelles, d’accès à des points névralgiques et stratégiques, suprématie,  idéologies.

En dehors de ces aspects ethniques et économiques, les conflits peuvent aussi trouver leurs origines dans des croyances en n’hésitant pas à combattre pour les imposer à d’autres, voulant ainsi leur imposer la paix.

Mais une paix qui se résume à la domination morale acquise par le conflit. Ces affrontements sont depuis toujours, à l’origine de bien des mouvements de population, fuyant la guerre en recherche de pays en paix, mais aussi en quête d’un bien-être matériel souhaité. Pour le Rotary, la recherche de paix est un fondement de la réflexion. A l’échelle du monde, ce sont seulement 1,2 million de Rotariens, mais aussi 1,2 million de porteurs d’espoir de paix, qui par leur présence et leur action sur les continents sont à la manoeuvre.

Par leurs actions, les Rotariens œuvrent pour la paix. Les exemples en sont nombreux. D’un point de vue matériel, cela s’apprécie par les actions menées, axées sur un bien être. Par exemple le creusement d’un puits, l’aménagement d’un hôpital ou d’une école. Ces actions locales qui répondent à des besoins, sont porteuses de cet espoir de paix. En vaccinant contre la polio, tous ceux qui traversent les territoires quelques fois hostiles et dangereux montrent que le Rotary accomplit un acte de paix. La richesse des échanges entre jeunes et moins jeunes qui viennent et vont avec cet esprit de partage et de bienveillance est aussi essentielle. Ces acteurs sont autant d’ambassadeurs et de graines plantées pour l’avenir dans un monde en paix. Institutionnellement, en siégeant dans des organismes (UNESCO), dont la vocation première est la recherche de la paix par une recherche de dialogue entre les peuples le Rotary contribue à la paix dans le monde. Je suis bien conscient que la paix universelle est une utopie, mais il est quelque fois bien agréable de rêver et d’espérer. Au-delà de la recherche de paix pour les populations et les territoires, chacun d’entre nous peut être en recherche de sa tranquillité intérieure. Elle a été souvent évoquée par les écrivains et les philosophes.

Le bien-être de se retrouver entre Rotariens et d’échanger ne relègue-t-il pas en second plan les aléas du quotidien bien souvent pesants et futiles ? Ces moments doivent nous apporter une forme de quiétude, et permettre de nous sentir bien, d’être en paix, de permettre de se ressourcer et d’être prêts à repartir dans nos occupations. Sur le plan de la résolution des conflits, le Rotary contribue à travers nos actions et nos motivations. Mais à lui seul, le Rotary est malheureusement dans l’impossibilité de réussir. Pour y parvenir, il faudrait que chacune des parties en présence accepte, au mieux un mauvais accord consenti, plutôt qu’un conflit qui ferait de nombreuses victimes innocentes.

Gardons et œuvrons pour une paix véritable et durable entre les peuples.

Francis Jacob, Gouverneur