Francis JACOB, Gouverneur du District Rotary 1790

Edito

« Traitement et prévention des maladies » pourrait être le thème commun à tous les mois de l’année rotarienne, tant les maladies sont omniprésentes. Maladies d’hier parce que vaincues, maladies d’aujourd’hui, pour avoir résisté à la science et la médecine.

Le traitement des maladies est le travail dans l’instant non seulement des médecins qui les traitent, mais aussi celui des scientifiques pour la recherche.

Le Rotary joue un rôle important et efficace dans l’éradication de la Polio, nous sommes parvenus à 99,9% du but.  C’est un bel exemple, mais il n’est pas le seul. Les actions sont menées sur d’autres terrains comme le VIH, Ebola ou le paludisme.

S’agissant du VIH au Libéria, les tests menés sur les femmes ont permis de réduire le nombre d’enfants infectés de 95% en deux ans.  Ebola, traité dès que l’urgence sanitaire a été constatée, a permis de limiter la propagation d’une manière significative.

Pour être totalement efficace, le combat contre les maladies doit être accompagné de la prévention, notamment par la vaccination. Elle repose d’abord sur la nécessité de vacciner tous les enfants à la naissance. Nous pouvons nous étonner de voir s’élever en France, un refus de vaccination par craintes d’effets secondaires. Cette attitude réduit considérablement la portée de la vaccination. Depuis 1985, la vaccination contre la Polio par le Rotary se heurte à la même difficulté.

La prévention ne se résume pas à la vaccination. Elle doit s’accompagner de campagnes d’information, de formations des corps médicaux locaux, de sensibilisation des populations. Devant la constatation de la propagation, des stratégies de prévention et de traitement doivent être mises en place en associant le Rotary, des ONG et les décideurs locaux.  A titre d’exemple, il convient de prévenir du « ver de Guinée », actif dans des pays d’Afrique, qui provoque la dracunculose, maladie invalidante et à complications graves. Cette maladie est véhiculée par l’eau. Pour la combattre, des opérations d’accès à l’eau potable ont été mises en place dans les pays concernés. En 1976, l'OMS a estimé que 10 millions de personnes étaient atteintes. Après une action forte sur le traitement de l’eau, cette maladie a été reconnue éradiquée en 2017, sauf deux pays : le Tchad et l’Ethiopie avec 30 cas.

Le paludisme est un autre exemple d’action du Rotary. Elle porte sur la prévention et le traitement, son éradication selon certains spécialistes ne pourrait être envisagée avant 2050. Le débat existe à l’OMS, le travail restant à faire est énorme. La Fondation Rotary ne s’y est pas trompée en inscrivant « le traitement et la prévention des maladies » comme l’un de ses axes stratégiques. Cet axe ouvre, pour les clubs, la possibilité de solliciter des subventions mondiales pour ces opérations spécifiques.

Les fonds collectés permettent aussi des interventions en direct sur des sites ciblés

La Fondation a déjà attribué 65 millions de dollars pour lutter contre ces maladies.

Il est important que nous continuions à verser à la Fondation qui est le bras financier du Rotary. L’éradication définitive d’une maladie ne pouvant être annoncée, seulement après trois ans d’absence de cas.  L’éradication de la Polio laissera une image de référence et de notoriété inscrite dans la mémoire collective de l’histoire de l’Humanité.

Françis Jacob
Gouverneur 2019/2020 District 1790
RC Nancy St Nicolas de Port