Pascal PERAN, Gouverneur 2021-2022 du District 1790

Edito

Notre conférence de District a réuni 300 Rotariens et Rotaractiens le 26 mars dernier dans le bel écrin du Metz Stadium. Nos deux conférenciers nous ont permis de mieux comprendre les enjeux et les défis de la transition énergétique. Ils ont également tracé des perspectives d'avenir dans ce domaine stratégique.

Ce thème, initialement choisi pour être principalement traité sous l'angle environnemental, est devenu, au fil des mois et de l'actualité, une question prégnante pour notre société de consommation. La fin programmée de la mise en circulation de véhicules à moteur thermique, la montée en puissance d'un parc automobile de plus en plus électrifié, l'augmentation linéaire du cout des énergies fossiles, les différentes appréciations des pays européens sur la place du nucléaire dans la production d'électricité et surtout la guerre en Ukraine ont permis d'éclairer nos débats sous des angles différents et complémentaires.

Je pense que les participants à cette belle Conférence sont rentrés chez eux, sinon avec de nouvelles convictions, du moins avec les paramètres et les repères leur permettant d'imaginer la solution à une problématique complexe. Mais je ne suis pas certain qu'il puisse exister une bonne solution, LA bonne solution. Je forme néanmoins le vœu que nos dirigeants choisissent la moins mauvaise pour l'avenir de la planète, notre pouvoir d'achat et surtout notre autonomie stratégique. Car depuis le 24 février et le déclenchement des hostilités en Ukraine, cette question de l'autonomie trop longtemps ignorée revient au centre du jeu au triple galop et animera les débats politiques et géostratégiques pendant un moment.

En attendant, la solidarité rotarienne s'est mise en mouvement. Je veux vous dire ma fierté et ma reconnaissance. Les valeurs qui sont les nôtres et que nous aimons rappeler ne sont pas un vain mot quand on met bout à bout l'ensemble des actions qui se sont enclenchées pour aider les Ukrainiens lâchement assaillis, obligés de quitter leur foyer, voire leur pays, pour se mettre à l'abri. Cette solidarité s'exprime à trois niveaux.

Celui des clubs tout d'abord. Je salue les initiatives, dont j'ai pris connaissance à Metz, Nancy, Chaumont et Sarrebourg pour celles qui m'ont été signalées. Il y en a sans doute d'autres, je prie dans ce cas les clubs concernés d'excuser ces omissions bien involontaires. Soutien moral et financier de nos invités, aide matérielle, hébergement, transport, interprétariat sont autant de gestes qui comptent pour permettre à ces familles de trouver leur place parmi nous. Pour combien de temps ?

Celui du district ensuite. Merci pour vos dons. Ils m'ont permis de financer de l'aide alimentaire et d'acquérir des équipements médicaux et paramédicaux qui sont régulièrement acheminés vers l'Ukraine via la Pologne. De véritables chaines de solidarité logistiques rotariennes sont en train de se mettre en place grâce aux bonnes volontés proactives qui se manifestent ici et là : autocaristes, logisticiens, transporteurs, interprètes, autant de ressources qui savent ce que "Servir pour changer des vies" signifie. Merci à eux !

Celui du G18 enfin, c’est-à-dire l'interdistrict France, dont les Gouverneurs, plus unis que jamais, ont décidé de "faire ensemble" et de réunir leurs forces. Nos capacités financières sont à la hauteur de l'évènement. Elles nous ont, pour le moment, permis d'aménager un point de passage sur la frontière moldave à Palenca, d'acheminer des Shelterkits vers des centres de regroupement de réfugiés, des médicaments via le club polonais de Zamość Ordynacki. D'autres actions sont en cours ou à l'étude du fait de leur spécificité : achat de nourriture, acheminement d'ambulances, voire ultérieurement d'un engin de chantier pour faciliter les déblaiements.

Cette mobilisation exceptionnelle n'est pas, de mon point de vue, une simple expression de nos valeurs rotariennes traditionnelles. Elle va bien au-delà de la seule notion de Service. Elle est l'expression de notre humanité, celle qui manque à M. Poutine et à son armée, qui bafouent quotidiennement les lois de la guerre. Ces dernières imposent aux combattants, je le rappelle, de respecter les prisonniers, les blessés et les populations civiles. Ce n'est visiblement pas le cas depuis le début des hostilités. Alors, continuons à nous mobiliser dans la durée, car ce conflit sera long et la reconstruction qui suivra la fin des hostilités demandera, elle aussi, notre aide.

En attendant, continuez à vous protéger, à protégez les autres et faites-vous vacciner ! Car la pandémie n'est pas encore tout à fait derrière nous.

DG 21/22 1790 Pascal PÉRAN
RC Metz Rive gauche
Gouverneur 21 / 22 D1790