Les mécaniques des planètes et du Rotary ont quelque chose en commun : l’expansion.

C’est si simple de découvrir l’univers. Souvenez-vous de la belle conférence de Christophe Galfard, élève de Stephen Hawking. Laissez-vous porter par votre imagination. Que voyons-nous de nos propres yeux depuis notre fenêtre ? La lune, le satellite de la terre qui tourne autour de nous depuis assez longtemps et pour longtemps encore. Avec un peu de recul, nous voyons les autres planètes de notre système solaire et, tous ensemble, nous tournons autour du soleil. Avec un peu plus de recul, nous voyons que notre système solaire se situe au sein d’une multitude de systèmes semblables qui forment notre galaxie (il faudrait 100 000 ans pour recevoir un message venant de son extrémité). Avec encore un peu plus de recul, nous voyons que notre galaxie appartient à un groupe qui lui-même fait partie d’une infinité de groupes de galaxies et que toute s’éloignent des autres de plus en plus vite. Enfin, si vous pointez votre regard vers le plus profond de cet univers, vous percevez une lumière intense, insupportable si vous la regardez trop longtemps : c’est le point de départ de notre univers, au moment du “Big-bang“ (du début de son expansion), il y a quelques années (13,7 milliards d’années). Nous pouvons aller plus loin, mais restons-en là pour cette fois. Tout cela se produit avec expansion, un peu comme un ballon de baudruche que l’on gonflerait en permanence, notre univers s’accroît. Il est en expansion depuis longtemps et pour longtemps encore.

Jamais sans le satellite

L’avez-vous remarqué ? Il en va du Rotary comme de l’univers. Il me paraît alors intéressant d’en rappeler quelques-unes des lois qui en assurent la stabilité et la pérennité. Le Rotary avec ses clubs, ses districts, ses zones, sa globalité mondiale a bien toutes les caractéristiques d’un univers. Mais si l’univers est en expansion, le Rotary stagne et décroit en France. La loi fondamentale de l’expansion n’est pas respectée, gare au “Big crunch“ (écroulement sur soi-même). Nous devons relancer la croissance et déjà, les districts et les clubs de notre zone sont à la manœuvre pour inverser cette tendance. La plupart des planètes tournent, avec autour d’elles, un satellite permanent. Cette loi s’est récemment révélée au Rotary avec l’apparition des clubs satellites. Aujourd’hui plusieurs dizaines d’entre eux existent dans notre zone où sont en création. Mais cependant aucun dans notre District 1790. C’est confirmé, un club Rotary peut, doit vivre de façon durable avec son satellite. Le satellite est une source d’innovation, de flexibilité, un moyen de se moderniser en douceur, un moyen de croître dans la stabilité. La mise en place d’un satellite concerne des membres d’un club qui souhaiteraient une évolution du nombre et du type des réunions, une modulation tarifaire, une plus forte ouverture à leurs familles, un élargissement des thèmes d’action comme la protection de l’environnement par exemple. La mise en place d’un club satellite peut aussi concerner des personnes intéressées par le Rotary, mais qui souhaitent une approche progressive. Nous pouvons imaginer nos partenaires et nos bénéficiaires qui trouveraient une occasion de se rapprocher de nos clubs.

Règles pour créer un club satellite

La création des clubs satellites remonte à 2013, le but étant alors de répondre à la demande de personnes souhaitant rejoindre le Rotary sans toutefois réunir les 20 membres nécessaires pour créer un club traditionnel. Ces clubs, qui n’exigent que huit membres, donnent aux Rotariens et aux habitants la possibilité d’avoir un impact local dans un environnement qui diffère souvent du Rotary club local.

Comme tous les Rotary, les clubs satellites organisent des réunions statutaires, se dotent d’un règlement intérieur et d’un comité, et montent des actions locales. Ils sont parrainés par un Rotary club de la région qui les accompagne. Tous les membres sont des Rotariens à part entière, et ils sont officiellement membres du club parrain. Lorsque l’effectif dépasse les 20 membres, le club peut choisir de rester un satellite ou demander à recevoir sa charte et acquérir son autonomie. Certains clubs préfèrent continuer leurs activités sous ce statut, quelle que soit leur taille, tout en profitant des avantages offerts par leur club parrain. C’est au club satellite que revient cette décision en fonction du choix de ses membres

Plus d’informations sur “My Rotary“

Le Rotary propose de nombreuses ressources pour accompagner les clubs satellites.

Ressources sur les clubs satellites

  • Club satellite – Réponses à vos questions
  • Création de clubs satellites
  • Formulaire membre du club satellite – coordonnées
  • Cours sur le centre de formation en ligne, mettre en pratique la flexibilité et l’innovation.

Retrouvez la liste des clubs parrains et des clubs satellites sous l’onglet rapports de Rotary club central.