Ils sont arrivés à Metz, Nancy, Chaumont ou ailleurs dans l’espace du District 1790. Les Ukrainiens qui fuient leur pays sont désormais logés dans des structures collectives, voire chez des habitants et bien entendu des Rotariens qui ont été parmi les premiers à tendre les bras.

Mais la complexité de cet accueil, qui malheureusement va s’inscrire dans le temps long pose, de nombreux problèmes. Un échange Zoom, avec tous les Rotariens-ressources du District, permet de cibler les attentes et de tenter d’y répondre.

« Il va falloir durer ! » Le Gouverneur lance ainsi l’appel aux Rotariens à s’organiser et en même temps à se protéger dans leurs élans de solidarité avec le peuple ukrainien tragiquement accablé par la guerre. Ne soyez pas en première ligne dans l’accueil des familles, mais travaillez en liaison avec les CCAS et autres organisations. « Dans tous les cas de figure, si vous avez des besoins n’hésitez pas à revenir vers moi, car je dispose de moyens fournis par les 18 districts de France » annonce le Gouverneur. La mobilisation des dix-huit districts de France en faveur de l’Ukraine a déjà permis de mobiliser 467 786€, dont 312 651€ maintenus en dotation d’actions directes par les districts. Plus de 73 000€ ont été versés au fonds commun dont Pascal assure l’usage en faveur des Ukrainiens. Plusieurs actions ont été aidées : Shelter box, en Pologne et Sos Attitude. Pascal Péran est aussi en relation avec le CIP France-Roumanie-Moldavie. Ce dernier pays étant déjà dans des conditions de vie très modeste, il accueille de très nombreux Ukrainiens, engendrant une hausse de 20% de la population.  Le District 1790 apporte son soutien à ceux qui accueillent chez nous des Ukrainiens en apportant des concours aux associations qui sont en première ligne. Il en va ainsi de la Banque alimentaire. Le Gouverneur explique : « Nous sommes face à un exode comme nous n’en avions pas vu depuis la Seconde Guerre mondiale. 4 millions de personnes ont quitté le pays ; 8 millions ont quitté l’est pour l’ouest de l’Ukraine. Les besoins sont immenses. Nous avons tissé des liens avec les Rotary clubs ukrainiens et les demandes de leur part sont colossales. A commencer par les denrées pour lesquelles une solution a été trouvé par le président du RC-Kiev-Balzac replié à Lviv. Il travaille avec des Rotariens propriétaires de supermarchés locaux. » Parce qu’il va falloir tenir la distance et que son mandat de Gouverneur s’achève dans trois mois, Pascal Péran s’emploie à accompagner la montée en puissance de son successeur Vincent Pommier sur ce sujet. En particulier, il veut à base de l’excédent districal rendu par Patrick Vilain, créer un fonds qui permettra une action immédiate, plutôt que d’attendre les transferts effectifs de moyens d’une mandature à l’autre et survenant en janvier 2023. Pascal incite aussi les présidents des clubs à préparer la suite de l’implication de leurs clubs, en transmettant le dossier et ses besoins à leurs successeurs.

Évitez d’être en prise directe

Les trois axes de l’action rotarienne sont constitués par l’hébergement, les dons et les envois à destination de l’Ukraine. Le Gouverneur a balayé les implications de ces différents aspects du travail. « Il peut, en matière d’hébergement, résulter de la frustration chez ceux qui ont proposé d’accueillir des personnes, alors que les CCAS préfèrent la solution collective. Je vous invite à vous rapprocher desdites structures communales ou à travailler avec le CIP-France-Ukraine et si vous avez besoin de financement adressez-vous à moi. » Toute une équipe de Rotariens réunie à Chaumont donne des nouvelles de l’opération de Colombey-les-deux-Eglises, où le maire a pris le relais et à propos de vingt réfugiés qui arrivent dans leur ville et seront placés. Pascal insiste à propos « de l’écueil de l’épuisement qui peut survenir, comme chez ce messin, qui après plusieurs semaines lance un SOS. Je vais l’aider, mais pour garantir la démarche, ne soyez pas en prise directe avec les réfugiés. » De l’argent, il en a été collecté et ce n’est pas terminé. Le Gouverneur dispose d’un levier direct et il a déjà engagé des moyens au profit de plusieurs opérations. « Je vous informe de l’usage qui est fait de ces moyens et nous essayons de vaincre les difficultés de transferts d’argent. » Quoique qu’il a répondu dans l’urgence en besoins en médicaments, cette approche-là a dû cesser en raison de l’opposition du monde pharmaceutique. Sans renier ce qui a été accompli, le Gouverneur a indiqué qu’il ne fallait plus expédier de tels colis, mais qu’en revanche, les bandages et autres compresses peuvent continuer d’être acheminés. Les transports en camionnettes, camions, ou autocars se poursuivent et sont encouragés, tout en rappelant : « Ici, ceux qui sont arrivés ont tout laissé derrière eux. Ils ont besoin de notre aide » insiste Pascal Péran.

Lever la pression psychologique chez les enfants

Dans son intense volonté de servir cette cause, Nicole Glin de Nancy expose les actions menées en faveur des enfants, en particulier afin de lever la chape psychologique qui pèse sur eux. Sorties, mais aussi scolarisation sont des préoccupations très immédiates. Le vestiaire mis en place et qui ne comprend pas qu’une offre d’effets, est très sollicité en particulier sur le plan des besoins en chaussures. A un point tel, que Nicole imagine la création de bons d’achat en liaison avec les commerçants spécialistes afin de répondre aux besoins. Natalia Korczak, du RC-Thionville Malbrouck met à profit ses origines polonaises pour apporter des éclairages sur les situations des Ukrainiens : « Ils ne veulent pas quitter la Pologne, afin de ne pas trop s’éloigner, mais aussi pour des motifs d’ordre culturel, ou parce qu’ils ont peur.

Côté polonais, certains médicaments viennent désormais à manquer et je me demande s’il n’était pas possible d’accueillir des jeunes Ukrainiens en échanges YEP. » Cette belle approche pragmatique a retenu l’attention du Gouverneur qui a demandé à Natalia de rejoindre son équipe dédiée. Avec succès. Pascal indique aussi que parmi les familles arrivées dans la région, de graves problèmes de santé se posent. Certains ont besoin de traitement auxquels ils ne pourront accéder qu’une fois la carte Vitale établie. La communication et en particulier la simple lecture de l’alphabet latin restent des écueils. Un dictionnaire à base de pictogrammes a été tracé et il peut être mis à disposition de tous ceux qui en ont besoin. Du côté de Lunéville, Jean-Yves Sebban annonce l’arrivée d’une personne bilingue, qui va permettre de fluidifier les relations et elle pourra épauler le Gouverneur ou des équipes de terrain. A Montigny-lès-Metz, la Ludothèque réunit des jouets pour les enfants. « Ils pourront être mis à disposition des familles » indique Gilbert Duclos du RC-Metz La Fayette. Vous le constatez, la toile de solidarité et d’élans du cœur tissée par le Rotary, ses structures et ses membres est au travail. L’action conjointe, lointaine, proche, de tous les jours est l’apanage de nos clubs, qui sans être des ONG, ne se gênent pas pour être les relais face à la détresse humaine de nos voisins européens.

Gilbert Mayer

Légende photo:
A Lviv, l’arrivée des composants de Shelter-box.