La belle prestation du ballet « Casse-noisette » organisée par le RC-Toul s’est trouvée propulsée dans la dernière LDG de novembre sur la scène de l’Arsenal…de Metz.

Une promotion en quelque sorte, mais cependant sans fondement. Lors de la relecture du texte qui m’a été adressé par le club, il était fait référence à la salle de l’Arsenal, sans autre précision. Or, pour le Messin que je suis l’Arsenal haut-lieu culturel est à Metz. J’ai donc, lors de la rédaction du chapeau du texte introduit cette précision en rendant l’événement messin. Las ! C’est une erreur qui s’explique par le fait qu’à Toul, chacun connait la salle de l’Arsenal et qu’il en va de même à Metz, sans que pour autant les deux lieux soient connus dans chacune des villes.

Dans le cas d’espèce, j’ignorais que Toul possédât un Arsenal culturel et j’ai donc opéré le transfert de l’événement, puisque rien n’attirait mon attention sur la véritable domiciliation de ce spectacle enchanteur. Mariinsky me parlait bien, tout comme l’Opéra Garnier, dont l’auteur initial du texte parait son récit et dans cette logique de prestige, la référence à l’Arsenal coulait, pour moi, de source.

Raccourci trop saisissant, qui aura au moins servi à une chose : je sais désormais que Toul, au passé militaire solide possède aussi une salle de spectacles au même patronyme que sa sœur messine. Réintégrons-y ce « Casse-noisette » de la Compagnie de danse du Toulois, sous mes applaudissements et contrition.