Grâce au club de Saint-Dié, une jeune personne a passé une année au Mexique. Elle témoigne de cette aventure qui, à jamais, l’a marquée.

Il y a exactement un an, le 10 août 2017, je quittais le pays dans lequel j’avais presque toujours vécu pour partir à l’aventure dans un autre, dont je ne connaissais presque rien. En ce 10 août 2018, je me rends compte que j’ai vécu certainement la plus belle expérience de ma vie. Quand vous arrivez dans votre pays d’accueil, vous avez l’impression de tout recommencer à zéro. D’un coup, vous devez tout apprendre: la langue, la façon de vivre, les habitudes alimentaires, les coutumes… C’est un peu comme si on retournait en enfance. Le Mexique m’a accueilli chaleureusement pendant presque un  an, et m’a transformée. Je n’aurais jamais assez de mots pour expliquer à quel point je suis tombée sous le charme de ce pays. Sa nourriture, sa langue, son peuple, ses paysages… J’ai eu la chance de rencontrer des personnes extraordinaires et de voyager dans tout le pays grâce au Rotary.

Au fur et à mesure, je me rends compte que l’échange a laissé une trace indélébile dans ma vie. Plus que cela, c’est le Mexique lui même et toutes ces personnes que j’ai connues qui ont laissé leur trace dans ma vie. Je sais qu’à premier abord, cela ressemble tellement à un cliché, mais pourtant, c’est vrai. Partir en échange, c’est apprendre à se débrouiller sans aucune aide. C’est aussi grandir, murir, découvrir certains traits de notre personnalité qu’on ignorait. C’est faire des rencontres, réaliser que des personnes avec une culture totalement différente de la notre, peuvent devenir nos meilleurs amis et notre meilleur soutien. C’est voyager, découvrir des paysages et des cultures aux couleurs et aux sens totalement en décalage avec les nôtres. C’est aussi découvrir et assimiler une ou plusieurs nouvelles langues. Mais c’est surtout apprendre qu’il n’y a rien de plus beau dans cette vie que l’expérience humaine.

Le plus dur lorsqu’on part en échange, ce n’est pas de s’adapter, mais c’est de retourner dans son pays après avoir construit une vie dans un autre pendant un an. Je n’ai pas les mots pour exprimer ma gratitude et mon affection envers tous ceux qui ont fait partie de mon expérience. J’ai juste un mot à dire : Merci!

VIVA MEXICO.