En fait, c’était simple, il fallait y croire. Un peu de volonté, une belle envie de se tester et de progresser, savoir se concentrer...

Un peu de volonté, une belle envie de se tester et de progresser, savoir se concentrer, être réaliste tout en sachant que même les spécialistes font toujours quelques fautes. Pour relever de tels défis, il fallait répondre à l’invitation du Rotary de Remiremont.

Le club prépare une dictée de très bon niveau chaque année. Cet événement littéraire a pour support la semaine de la langue française et de la Francophonie. Une belle occasion de défendre et de promouvoir notre patrimoine. Lors de son intervention, Jean-Claude Mourot, Président du club a insisté sur la vie très active de son Club ‘’ A travers ses multiples fonctions, le Rotary se veut utile et performant. Une action telle que celle de ce jour a pour objectif de combattre l’illettrisme. Le phénomène est d’actualité, hélas ! Par illettrisme, se définit  la situation de personnes scolarisées n’ayant pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, comment rédiger une lettre. Une carence de compétences de base pour être autonome dans les situations simples de la vie’’. Philippe Perriot, un des organisateurs  a mis l’accent sur la correction de cette célèbre dictée : ’’ Afin de nous conforter dans un environnement plus rigoureux, surtout pour les points litigieux de la correction, nous nous sommes rapprochés comme l’an passé de spécialistes, d’un partenaire sans faille. Je veux vous parler du réputé Club d’orthographe de Belfort représenté par sa Présidente : Patricia Jeanmougin et Xavier François’’

Une étudiante d’échange rotarien

Deux Dictées distinctes ont été proposées pour les cadets-juniors : « Le Torrent et la rivière » (D’après La Fontaine) et pour les adultes confirmés : « En chênaie ». Les deux textes sont de Philippe Dessouliers (Lauréat des Dicos d’or (dictée de Bernard Pivot) Les deux textes sont révisés par Paul Levart et Daniel Malot, vainqueurs de la dictée des Amériques en 2009. Sept participantes se sont alignés à la dictée des cadets-juniors. Parmi elles, Irène, notre excellente étudiante d’échange : Mei Yun Chen (Irène). Elle a réalisé  une grosse partie de la dictée en se jouant de mots compliqués tels que bouquetins, vrombissant, évidemment, cailloux, fracas. Une belle satisfaction. Elsa, Romane, Chloé, Elsa, Léane, Ines, Sabrina ont toutes été brillantes, elles aiment lire, un livre par semaine pour certaines, grâce au support de la Médiathèque locale. Certaines sont venues en famille, d’autres avec leur enseignant principal (Ecole de Seux). Chacune a été récompensée avec de jolis cadeaux

Pas moins de cinq fautes

Dans la catégorie ’’Adultes confirmés’’, les deux lauréates sont Frédérique Burdet et Janine Jacquel , qui habitent dans le secteur de Belfort (que 5 fautes). A noter la belle troisième place de Catherine Daval, 7 fautes, la performance du Colmarien Pierre Wehrlé, 8 fautes, la régularité de Fatima Kerbal, toujours placée parmi les meilleurs. Le prix spécial du comité des rédacteurs a été attribué à Noël Soulas de Saint-Nabord (enseignant retraité, fidèle à ce type de dictée et surtout amateur de la langue française). Belle participation avec des concurrentes de Haute-Saône, du Doubs, de Nancy. Une affaire de spécialistes. Quelques commentaires ont fusé, tel celui de Pierre : ’’ Le texte m’a laissé perplexe. Un peu difficile. Toujours très intéressant. On a toujours beaucoup de choses à apprendre.’’ Françoise rapporte : ‘’Ce qui me plaît le plus dans ce style de réunion littéraire, c’est avant tout la convivialité. De plus, cette dictée intéresse plusieurs générations.’’ Colette, pourtant habituée à ce type d’événements confie : ’’Après une première lecture, on pourrait penser que ce texte est abordable. Mais , surprise, beaucoup de jeux de mots, d’accords, de pièges, de points grammaticaux, et quelques mots bizarres y sont contenus’’

Cette belle confrontation s’est achevée par une dotation de jolis lots, autour d’écrivains locaux tous de talents et par le pot de l’amitié.

P.P