Pour des raisons sanitaires évidentes, le salon de la Gourmandise, des vins et des arts de la table 2020 - pour sa 12ème édition – n’a pas ouvert ses portes.

Malgré une autorisation de la Préfecture obtenue fin septembre dernier, Jean-Marie Scotton, président du R.C. Epinal et Gilbert L’Homme, commissaire général du salon ont pris la sage décision, courant octobre, d’annuler cette édition alors que tout était prêt. Une déconvenue, certes, mais une décision réaliste, pour la sécurité de tous, eu égard à la pandémie, tout en sachant que l’annulation aurait été imposée, de toute façon, par la Préfecture des Vosges. Tout est permis de penser que la prochaine édition…de novembre 2021 – toujours dans la grande halle du Centre des Congrès d’Epinal - le vendredi 19 et samedi 20, et dimanche 21 novembre 2021 sera fortement appréciée. Malgré cette annulation, le comité du R.C. Epinal emmené par son président Jean-Marie Scotton a décidé de maintenir l’action caritative prévue initialement à savoir l’acquisition d’un “dragon-boat“ qui sera mis à la disposition de la base nautique d’Epinal gérée par le G.E.S.N. (Golbey-Epinal-Saint-Nabord).

Qu’est-ce qu’un “dragon-boat“ et à quoi sert-il ?

C’est une embarcation ancestrale qui vient de Chine. Depuis les années 80, l’esquif est devenu le vecteur d’un sport d’équipe avec un développement international majeur, car il s’adresse à tous et a des effets très bénéfiques en matière de santé. Notamment pour les femmes touchées à un moment de leur vie par un cancer du sein. Reprendre confiance en son corps, garder une bonne condition physique, préserver ses muscles, permet d’améliorer le devenir de la maladie. Et ce, au travers de moments de plaisirs partagés mais aussi de solidarité et d’encouragement. Le “dragon boat“ permet aux femmes et aux hommes qui souhaitent reprendre ou maintenir une activité physique adaptée et principalement dans le cadre d'une maladie (cancer, diabète, asthme, surpoids, obésité, ostéoporose). A travers cette pratique, les pagayeuses ou les pagayeurs y trouveront de belles valeurs : entraide, esprit d'équipe, solidarité. L'embarcation compte de 10 ou 20 rameurs, répartis en deux rangées, d'un barreur à l'arrière, qui est en quelque sorte le capitaine du bateau, qui le dirige, et d'un "tambour" à l'avant. Ce dernier donne le rythme. L'une des caractéristiques folkloriques des “dragon-boat“, hormis les "tambours" qui donnent une identité auditive à cette pratique, sont les énormes têtes de dragon qui ornent l'avant de chaque embarcation. Le “dragon-boat“ voguera sur la Moselle, avec la roue du Rotary, au printemps prochain, pour les premiers beaux jours, car ce n’est pas une mince affaire…du fait de ses caractéristiques : 300 kg, 15 mètres de long, 1,50 m. de large.