Beaucoup d'interrogations se font jour à propos des bouleversements en cours au sein des démocraties libérales, pour les prochaines élections de mai 2019.

Alors que s'ouvrent les congrès des partis politiques européens, première étape vers les élections de mai 2019, beaucoup d'interrogations se font jour à propos des bouleversements en cours au sein des démocraties libérales. Le départ des députés britanniques et l'affaiblissement des principaux partis créeront une nouvelle donne au Parlement européen à un moment crucial pour l'Union.

Résumé de l’article de Pascale Joannin, Directrice générale de la Fondation Robert Schuman      

Texte intégral : https://www.robert-schuman.eu/fr/doc/questions-d-europe/qe-491-fr.pdf

Alors que les élections européennes approchent, nous pouvons nous  poser la question de l’indifférence de l’opinion au regard de la très faible participation constatée lors des précédents scrutins (42% en 2014). Néanmoins, il en sortira un « Président de l’Europe » (Président de la Commission européenne) et nous ferions bien de nous préoccuper de son profil, de son style… Les élections européennes se tiendront du 23 au 26 mai 2019 dans 27 états membres de l’Union. Beaucoup d’interrogations se manifestent à propos des recompositions et bouleversements politiques en cours au sein des démocraties libérales. Qu’en sera-t-il exactement en Europe en mai 2019 ?

Deux changements sont certains, qui relèvent de faits avérés : le départ des Britanniques et la réduction du nombre de députés. Le départ des Britanniques entraînera de facto une première recomposition politique. En 2019, le Parlement européen comprendra moins de députés (705) qu’actuellement (751) du fait du départ des 73 députés Britanniques qui y siègent

La progression des nationalistes : Pour ces élections européennes, les augures prédisent une percée historique des extrémistes, des populistes ou des nationalistes, par nature, peu européens et leur victoire est déjà annoncée en mai 2019.

Message aux électeurs, il est souhaitable qu’ils soient conscients de l’enjeu de ce scrutin et que face aux défis externes et internes lancés à l’Union européenne, ils soient nombreux à se rendre aux urnes.