Rencontre avec John HEWKO à Bruxelles, Secretaire général du Rotary et de la Fondation

Le recrutement

Au Palais d’Egmond, salle de réunion habituelle du Gouvernement belge, j’ai en mars dernier participé à une réunion organisée par M. Coomans, le représentant de notre Président international auprès de l’Union européenne, il sera d’ailleurs présent à Vittel le 1° avril et co-animera l’atelier Europe. Je vous restitue les grandes lignes de nos échanges avec J.Hewco.

Chaque club doit agir en fonction de son contexte, selon sa volonté et en s ‘ouvrant à l’évolution de celui-ci. Il faut considérer que nous vendons un produit et que les nouveaux membres l’achètent, s’ils n’en veulent pas c’est peut être que notre offre doit évoluer. Par exemple nous vendons notre expérience à mener des actions de façon professionnelle.

Il nous faut faire preuve de flexibilité par rapport à nos membres, accepter leurs contraintes, leurs modes de fonctionnement, voir des rythmes différents à l’intérieur d’un club.

J.H donne l’exemple pédagogique et peut-être extrême, d’un club expérimental de la Silicon Valley dans lequel les membres ont l’obligation d’assister à seulement quatre réunions dans l’année et de réaliser au moins 40 heures pour une ou des actions du club.

Les alumnis

 Il y a 360 000 anciens students du Rotary, c’est une source à gérer. Nous avons 9 000 étudiants d’échange chaque année. Trop peu rejoignent un jour le Rotary. Le R.I établit une base de données à exploiter. Ceci évoque en partie les bénéficiaires, tous ceux qui reçoivent l‘aide de nos clubs et dont le nombre et un grand multiple du nombre des students : une approche à creuser ! Rotaractiens:  trop peu d’entre eux intègrent le Rotary, il faut étudier comment voir comment améliorer.

Les actions soutenues par la Fondation, subventions mondiales

Le R.I préconise de s’orienter vers des actions d’envergure et dans la durée et de limiter les actions dispersées et ponctuelles. La Fondation va développer tous les partenariats possibles pour démultiplier son action comme avec celle de Bill Gates et toute autre avec qui cela sera possible.

Polio+

Il faut aller au bout, ne pas lâcher, sous peine que le mal se répande de nouveau. Il faut profiter de l’accord jusqu’à 2018 avec le Fondation B. Gates qui consolide deux fois nos apports. Ainsi en 2016 nous avons touché 70 millions $.

Quelles valeurs le Rotary, les districts les clubs sont-ils invités à soutenir par le R.I et dans le cadre du partenariat en cours de définition avec l’Union européenne ?

La notion d’économie inclusive : durable, circulaire et la responsabilité sociétale de tous les acteurs  (individus, entreprise et institutions). Le Rotary peut promouvoir l’économie inclusive comme étant créatrice de valeur ajoutée, de croissance. C’est un message que le Rotary peut notamment passer aux jeunes. Je note par exemple nos Ryla tournés vers la maîtrise de l’expression et la prise en compte des notions de responsabilité sociétale pour les jeunes professionnels, porteurs de projets et créateurs d’entreprises.

L’une des voies d’action du Rotary est celle de l’éducation, du transfert de valeurs. Nous pouvons le faire avec celle de l’économie circulaire. Nous pouvons apporter une vision à la jeunesse. Cela permet aussi de montrer aux jeunes qu’ils ont leur place dans la société, qu’ils peuvent  s’y épanouir, y avoir un  avenir. Le Rotary est un réseau mondial qui a une vision positive basée sur les compétences et l’engagement de ses membres. Le Rotary diffuse une vision positive.

Les liens avec l’Union Européenne

La société civile à laquelle appartient le Rotary est un acteur déterminant de la mise en œuvre des politiques européennes. Le R.I désire vivement le renforcement des liens avec l’Union européenne. Le R.I veut soutenir la notion d’économie inclusive. Il l’a promue cette année via le prix «  responsable business » remis à New-York. Un français de Cannes, et parmi les candidats, un entrepreneur Rotarien de Nancy ont été ainsi reconnus. Les amis Rotariens sont invités à militer, à diffuser cette approche, à l’encourager, à aider à en mesurer l’impact.

Nous sommes sur la longueur d’ondes de la CEE et nous souhaitons travailler ensemble.

Ma discussion avec le commissaire européen et son représentant, présents à la réunion

Hugo Schally, chef d’unité «  Sustainable production, Products et consumption », DG pour les questions d’environnement. Le Rotary peut s’associer à des programmes européens, notamment pour les aspects de diffusion qui font défaut dans la plupart d’entre eux. Voir notamment le programme LIFE et les projets transnationaux du Feder ( Interreg).

Rapport d’étonnement :

Dans un club de Bruxelles, un gâteau de 100 m de long a été confectionné par un club et offert à la population pour fêter les 100 ans de la Fondation, une idée du même type à surviendra-t-elle à Vittel ?

J’ai offert à J. Hewco le Wordfe des valeurs et des stratégies de notre District.