Le Conseil a adopté en septembre un règlement concernant la création du Corps européen de solidarité.

Un accord en ce sens avait été dégagé avec le Parlement européen en juin. Le règlement établit un cadre juridique pour les jeunes qui voudraient se porter volontaires ou travailler dans le cadre de projets utiles dans toute l'Europe, sous les auspices du Corps européen de solidarité. Ce nouveau règlement offre aux jeunes Européens la possibilité de contribuer au développement de l'Europe en prenant part à un large éventail d'activités conçues pour profiter à l'ensemble de la société. Le Corps européen de solidarité dispose désormais d'un cadre juridique et d'un budget propre. Nous nous attendons vraiment à ce qu'il connaisse le même succès que le programme Erasmus.

Voici les principaux éléments du règlement

Le Corps européen de solidarité s'adresse aux jeunes âgés de 18 à 30 ans, des états membres de l'Union européenne, des pays en voie d'adhésion, des pays candidats et des candidats potentiels, des états membres de l'AELE qui sont parties à l'accord EEE, de la Confédération suisse ainsi que des pays qui sont couverts par la politique européenne de voisinage. Un large éventail d'activités seront proposées, y compris du volontariat, des stages, des emplois et des projets de solidarité dirigés par des jeunes. Il sera ainsi donné aux jeunes, l'occasion de soutenir des organismes publics ou privés engagés dans le renforcement de la cohésion, de la solidarité et de la démocratie en Europe, en œuvrant, par exemple, pour la lutte contre l'exclusion sociale ou la pauvreté ou dans le domaine de la santé ou de l'accueil et de l'intégration des réfugiés. Cette initiative sera fondée sur les bonnes pratiques existantes, principalement inspirées du programme ERASMUS+ et du programme Jeunesse en action. Il bénéficiera d'un budget global de 375 600 000 euros pour la période comprise entre 2018 et 2020.