Lorsqu' une manifestation a été très enrichissante, il est de tradition de commencer un compte rendu, par cette ritournelle : «Conférence exceptionnelle, les absents peuvent le regretter».​

Les 24 membres de notre District 1790 présents, peuvent en témoigner. 
 
Dès l’ouverture le ton était donné. David LISNARD maire de Cannes, élogieux sur sa ville, évoque, non sans une certaine fierté, la question du rayonnement mondial de sa région. Gérard LARCHER, président du Sénat, lui emboite le pas en plaçant le sujet, avec une maitrise certaine, au cœur des problématiques du Rotary et plus spécifiquement du thème de la Conférence présidentielle. Enfin, le Président de notre Fondation, Ray KLINGINSMITH, insiste auprès des 1400 participants, presque tous Rotariens rassemblées sous les 38 drapeaux rappelant leur nationalité, sur le bienfondé de cette rencontre.
Vous retrouverez l’aperçu des travaux, pas à pas en cliquant, sur le site internet  photos, vidéos etc… Pour ma part, je me devais de vous livrer quelques informations et enseignements qui ont particulièrement retenu mon attention.  
 
1) L’action POLIO, soutenue par le Président Ravi RAVINDRAN, a eu une place prépondérante. Il nous a été confirmé qu’elle n’était plus présente que dans deux pays, l’Afghanistan et le Pakistan, avec 56 cas recensés alors qu'en 1985, on en comptait 350 000 répartis dans 200 pays. L’action du Rotary international et de la Fondation a donc porté ses fruits, puisque l’endémie semble, à ce jour, presque totalement éradiquée, mais elle a contribué également à la lutte contre d'autres maladies grâce aux réseaux de surveillance mis en place et au respect de la chaîne du froid qui ont favorisé la conservation de vaccins contre la rougeole, la rubéole, le tétanos. Pour autant, il ne faut pas baisser la garde. Un effort supplémentaire de près d’un milliard de dollars semble encore nécessaire au cours des trois années à venir afin de consolider les résultats extrêmement prometteurs et considérer que l’éradication de la polio du globe est définitive.
 
2) La lutte contre le paludisme a été le second sujet sensible. Le Dr Marc JOUAN de l’Institut Pasteur, qui l’a évoqué, a su toucher son auditoire en dressant un parallèle avec ce qu’ont connu nos ainés par rapport à la polio. Surtout il nous a démontré que seule une véritable veille sanitaire par des Instituts patentés au cœur des zones à risques, était la meilleure façon d’intervenir.
 
3) Les maladies neuro-dégénératives représentent le grand défi pour l’avenir comme nous l’a fort bien expliqué le Pr Philippe AMOUYEL. En Europe 120 millions de personnes souffrent de maladies du cerveau (Alzheimer et autres) et à partir de 80 ans une personne sur cinq développera ces symptômes... Pour le Professeur MONTAGNIER, ces maladies sont celles du futur. Les pouvoirs publics devront donc trouver des moyens pour la recherche, laquelle est, à ce jour, dix fois moins financée que la recherche sur le cancer. Depuis 2005 en France, grâce à « Espoir en tête », le Rotary fait, comme pour la Polio, figure de pionnier dans ce domaine de la recherche médicale. Ce modèle d’action n’est pas sans avoir inspiré d’autres pays. Le témoignage de notre efficacité a été mis en exergue par le Pr Marcel CREST.
 
4) Pour les maladies hématologiques (hémophilie, lymphomes, leucémies, etc) la solution passe par le don du sang, ce que fait seulement 4% de la population française. « Mon Sang Pour Les Autres » est une action rotarienne à l’initiative de Jean-Claude BROCART ; elle se déroulera dans notre District le mardi 14 juin 2016 une collecte d'envergure organisée par le Club de Metz La Fayette dans les grands salons de l'hôtel de ville de Metz à l'occasion de la journée mondiale du don du sang.
 
5) Comme souvent, les progrès ont un revers ! C’est ce que nous a dit en substance le Professeur MONTAGNIER, évoquant des maladies du futur dues à différents facteurs tels que l'augmentation de l'espérance de vie, les maladies chroniques, la maladie de Lyme, la croissance de l’autisme, les épidémies, la mondialisation, les concentrations urbaines, le changement climatique etc.
 
Que faire après la polio ?  Les sujets traités pendant les deux jours de la conférence internationale de Cannes devraient permettre des propositions. Mais quel que soit le fléau à combattre, le Rotary devra, ainsi que le Président Ravi RAVINDRAN l’a développé dans son propos conclusif, rester mobilisé et œuvrer pour la prévention et le traitement des maladies dans le monde.
 
Charles Claude