L’explosion dans le quartier du port de Beyrouth a profondément marqué la vice-présidente du Comité lorrain solidarité France-Liban.

« Cette catastrophe n’a rien épargné, ni habitations, entreprises, écoles ou hôpitaux. Ma famille habite à quelques kilomètres de là », explique Hala Attieh, avec une pointe d’émotion dans la voix. L’explosion dans le quartier du port de Beyrouth a profondément marqué la vice-présidente du Comité lorrain solidarité France-Liban.

Passé le choc, elle mobilise, dans un premier temps, les membres du club Nancy Ducale dont elle fait partie. Une aide d’urgence est envoyée au Rotary de Beyrouth. Le club de Lunéville réagit également rapidement. Soutenue dès le départ par Jacky Chef, Hala Attieh alerte le Gouverneur Patrick Vilain qui mobilise la somme de 20 000 € grâce aux dons des clubs du District à la Fondation.

Cette somme s’ajoute aux dons de l’ensemble des Districts français, soit 243 000 € sur la base d’une subvention mondiale en partenariat avec le Comité inter-pays France-Liban. Le projet à financer ? C’est là que Hala Attieh intervient de nouveau. Grâce à ses contacts privilégiés avec la présidente du club de Beyrouth, elle engendre l’unanimité autour de la reconstruction de l’hôpital de la Quarantaine au cœur du quartier du port. « Il s’agit d’un hôpital public qui accueille des enfants de toutes origines. Tout est à reconstruire », précise-t-elle, « notre aide permettra en priorité d’équiper cet établissement ». Elle conclut : « Cette action repose vraiment sur la confiance. Les Rotariens peuvent être certains que leur générosité sera salutaire pour des soignants et des familles libanaises. Pour ma part, je suis pleine d’espoir pour mon pays connu pour son cèdre immortel ».