« Il faut le leur redire, il faut le leur redire » scandait avec détermination Jean-Paul. C’était un jour d’été 2009, à son domicile thionvillois, où Henri Ferretti nous avait conviés pour une séance de préparation de son mandat de Gouverneur.

S’il se passionnait à ce point pour la méthode et la nécessaire pédagogie à l’égard des Rotariens, c’est qu’il venait d’endosser la responsabilité de secrétaire de District. Il se préparait donc à mettre en œuvre une stratégie de diffusion maintes fois répétée des informations à diffuser aux clubs.

Jean-Paul, déjà aux côtés du regretté Henri Ferretti dans son club thionvillois de Portes de France, l’avait suivi dans l’aventure du Gouvernorat. C’est d’ailleurs Henri, qu’il avait connu au lycée Charlemagne lors d’un bref séjour dans cet établissement, qui le retrouvant retraité à Thionville après une vie professionnelle d’expatrié, l’avait convié à intégrer son club. En réalité, les liens entre Jean-Paul et le Rotary remontent à bien plus longtemps. Diplômé ingénieur commercial, il bénéficie d’une bourse de la Fondation qui lui permet de rejoindre le campus d’Oxford en Ohio aux Etats-Unis.

Son profil et ses compétences en sont à jamais changés. Il intègre Renault au siège, mais bien vite l’appel du large l’amène à Moscou, en Afrique et même à Pékin. Un temps Rotarien à Yaoundé, il présente toutes les qualités pour rejoindre Thionville Portes de France au sein duquel il ne tarde pas à mettre ses qualités et son dynamisme au service de tous. Secrétaire dudit club, quand Henri Ferretti préside, c’est tout naturellement qu’il le suit dans l’aventure du gouvernorat.

Dans cette fonction de secrétaire, il s’était dit, qu’à l’instar de ce qu’il avait mis en œuvre sur le plan professionnel –l’insistance, la pédagogie, le sens de la communication- il devait se faire pressant, très pressant même, pour être entendu. Tous ceux qui l’ont connu et fréquenté savent de quoi il retourne et aucun n’a oublié sa rubrique « le Rotary pour les nuls ». Jean-Paul était comme cela : dévoué à son œuvre. Comme il avait conservé dans sa culture la marque de son Alsace natale, suivie d’une jeunesse vosgienne –il avait vu le jour à Mulhouse en 1943- et de citoyen du monde, où il avait officié des années durant, comme diffuseur de la grande marque automobile nationale, il menait fébrilement les actes de sa responsabilité, tout en conservant une sérénité. Mais à la fin c’était toujours : « signez-en bas, appuyez fort, il y a une calque ». Avec lui, pas question de vous en tirer par une pirouette !

Après coup, il n’avait cessé d’être le sage du District, ce dont son PHF, orné de trois rubis témoignait. Entré au Rotary en 2004, à l’heure de la retraite professionnelle, il avait reporté son temps, sa passion et son savoir-faire au service de la cause rotarienne, mettant un point d’honneur à enseigner et faire respecter le critère des quatre questions.

Jean-Paul avait été président de son club, deux fois secrétaire de District –avec Daniel Fabbro après Henri- et encore deux fois secrétaire de son club. Il était un moteur de l’action rotarienne en Lorraine du nord, après avoir été au service du District dans tous les compartiments de  l’action.

Derrière l’apparent rugueux pelage de l’ours, bouillonnait un grand cœur. Il a beaucoup donné, apporté, inspiré. Il s’en est allé retrouver ses amis de club Henri Ferretti et Daniel Fabbro, mais il nous manque déjà. Nos condoléances attristées à tous les siens et aux membres de son club.

M.G.