Responsable d’une entreprise spécialisée dans les échappements pour les applications industrielles, Pierre Huin est entré au club de Neufchâteau en septembre dernier, à la veille du deuxième confinement. Aujourd’hui, il est plus que jamais prêt à se lancer dans l’action.

Comment es-tu entré au Rotary ?

J’ai été parrainé par Philippe Colin avec lequel j’étais au lycée à Neufchâteau. Je suis parti accomplir mes études et mener ma carrière. Lorsque je suis revenu, nous avons renoué et il m’a parlé du Rotary. Pour être honnête, je n’avais pas une idée précise de ce que cela représentait. J’étais surtout curieux. Dans le club, j’ai rencontré une autre connaissance.

Qu’as-tu trouvé dans ton club ?

Une bonne ambiance et des actions intéressantes comme la vente de champagne. Seulement, au bout de trois réunions, nous avons été reconfinés. J’ai essayé de suivre un maximum de réunions en visio, mais ce n’était ni facile, ni satisfaisant.

Que souhaiterais-tu y apporter ?

Ma participation active à des opérations avec l’ensemble des membres du club. J’ai d’ailleurs proposé que l’on relance le bal du Rotary à Neufchâteau, un évènement fédérateur très apprécié. C’est au cœur de l’action que les liens se tissent et dans l’effort que l’amitié se renforce. Alors que nous allons, je l’espère, pouvoir de nouveau nous réunir, je suis prêt à m’investir pour mon club.