Chef d’escadron à la tête de la compagnie de gendarmerie de Verdun, Jean-Christophe Grosse va prendre la présidence de son club, moins de trois ans après son intronisation.

Comment es-tu entré au Rotary ?

J’ai rencontré des Rotariennes et de Rotariens pour la première fois il y a dix ans. J’étais élève à l’École d’officiers de la gendarmerie de Melun lorsque j’ai participé au concours national promotion de l’éthique professionnelle. Ma dissertation avait pour titre : « Éthique et sociétés d’intelligence collective : un mariage impossible ? » J’ai obtenu le premier prix qui m’a été remis au siège de l’UNESCO. Des années plus tard, alors que j’étais en poste à Nancy, Frédéric Colard du club Nancy Émile Gallé, lui-même officier de gendarmerie, m’a beaucoup parlé du Rotary, des actions, des conférences. J’ai assisté notamment à une conférence passionnante sur les douanes. À mon arrivée à Verdun, Bernard Pichon m’a tout naturellement parrainé après que Frédéric Colard lui a fait part de mon envie d'intégrer le Rotary lors de l'Assemble de District à Forbach.

Qu’as-tu trouvé dans ton club ?

Des gens très ouverts qui m’ont tout de suite intégré. Je dois tout de même avouer que j’ai eu un peu de mal au début avec le tutoiement compte-tenu de ma culture. J’ai tout de suite adopté les valeurs du Rotary et participé aux actions du club, comme notamment la vente de jus de pomme. Il y a une ouverture sur le monde qui me plait beaucoup, que ce soient les conférences ou le programme de Student exchange.

Que comptes-tu y apporter ?

J’avais accepté d’être vice-président, mais j’avais tout de suite annoncé que la présidence était difficilement conciliable avec les contraintes liées à mon commandement. D’autant plus difficile que nous venons d’avoir un troisième enfant. Il se trouve que le club n’avait personne pour prendre la présidence à partir du mois de juillet. J’ai finalement accepté. Je peux compter sur un comité composé de personnes expérimentées. J’ai doublé tous les postes avec de jeunes membres pour préparer l’avenir. Mes objectifs ? Renouer le lien entre nous à l’occasion de retrouvailles. Nous allons également nous investir dans l’action « Une rose, une ruche, la vie », initiée par le gouverneur élu Pascal Péran.