Rodolphe Vilair, en charge de l’action professionnelle, pose toutes les questions qui l’assaillent sur notre table. Il s’emploie aussi à en dénouer les doutes et contradictions et tente de nous tracer des voies pour doper notre efficacité en la matière.

Qu'en est-il aujourd'hui de l'action professionnelle au sein du mouvement Rotary ? Comment portons-nous l'aspiration des pères fondateurs de notre mouvement à agir "above self", à dépasser ce centrage exclusif sur soi, pour assumer au mieux notre responsabilité vis-à-vis des autres et de l'écosystème dans lequel nous vivons ? Quelle résonnance cette aspiration doit-elle avoir dans ce moment si singulier et sans nul doute critique de l'histoire ? Comment pouvons-nous mobiliser notre puissance d'action (souvent en premier lieu professionnelle : nos compétences, notre influence, notre pouvoir) pour exprimer cette responsabilité qu'en tant que Rotarien nous nous devons de prendre ?

En premier lieu il nous faut veiller à être exemplaire dans cette démarche de responsabilité qui englobe le souci de soi, des autres, du monde et s'exprime par nos pratiques éthiques. Nous le savons tous : la cohérence et l'intégrité sont la première vertu du manager. En second lieu, mais il s'agit du point clef, comment pourrions tenter d'assumer l'ampleur de notre responsabilité sans une réflexion exigeante et critique ? Nous nous devons de faire l'effort de pensée qui nourrira notre action responsable vis-à-vis de notre écosystème. En troisième lieu, il nous faut développer des actions pour contribuer à réduire ce déficit de pensée et de responsabilité à l'origine de la non-maîtrise de notre impact sur notre environnement.  Notre humanisme rotarien nous pousse naturellement à des actions "palliatives" pour adoucir les conditions difficiles de nos prochains ; avec l'aspiration à l'équité, il nous amène en parallèle à agir pour contribuer à rétablir l'égalité des chances, à "remettre sur les rails". Au-delà encore, il se traduit par des actions "proactives" lorsque nous "travaillons le terrain" pour tenter de limiter la survenue des problèmes, pour prendre un temps d'avance et accroître leur impact. Ce sont ces types d'actions qu'il nous faut privilégier dans nos engagements professionnels en faveur des étudiants (lycéens, apprentis, étudiants), des professionnels (jeunes à séniors actifs) ainsi que plus largement du "développement" économique et local (création d'entreprise, développement responsable). Susciter réflexion et pensée critique, encourager les attitudes responsables, doivent faire partie de thématiques de nos actions ou en être des dimensions incontournables. A nous de ne pas passer à côté de cette priorité, d'imaginer ces actions professionnelles. Sans exclusive vis-à-vis de toutes les expressions de l'action rotarienne, et sans négliger l'importance de nos actions pour soulager ceux qui sont en situation difficile. Le "professionnel" de l'action professionnelle semble avant tout rimer avec proactif.