C’est à l’occasion de la Convention d’Atlanta en 1917 qu’Arch Klumph, cinquième président du Rotary, propose la création d’un Fonds de dotation avec un premier versement de 26,50 $.​

En 1928 le fonds atteint 5000 $ et prend le nom de Fondation Rotary, entité distincte du Rotary International.

A la mort de Paul Harris en 1947, les clubs versent à la Fondation 1 million de dollars. Elle devient dès lors un merveilleux outil financier pour aider les rotariens à réaliser leurs projets.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit ! La Fondation mutualise les sommes versées par les clubs et vient abonder leurs contributions dans le financement des projets. Sans la Fondation, quel club pourrait réaliser des projets de plusieurs dizaines de milliers d’Euros ?

Il est de bon ton de critiquer la Fondation sous le prétexte erroné que nous ne recevrions aucun retour des fonds que les clubs lui envoient. Mais à qui la faute ? Savons-nous construire avec les collectivités locales des projets qui vont apporter autonomie, éducation et compétences aux Femmes et aux Hommes concernés ? Sommes-nous suffisamment à l’écoute de leurs besoins pour identifier le matériel, la formation, l’apprentissage pour favoriser leur développement ?

Depuis un siècle, la Fondation  a consacré plus de 3 milliards de dollars à la réalisation de nombreux programmes et d’actions  qui ont changé la vie des hommes dans le monde entier. Ses axes de travail (ou axes stratégiques) sont inspirés de ceux des Nations Unies élaborés au moment du passage au 2ème millénaire.

En 2017 nous célébrerons le centenaire de la Fondation.  Nous en reparlerons mais préparons-nous grâce à des actions spécifiques à lui donner le lustre qu’il mérite. Avec la Fondation,  continuons à faire le bien dans le monde !

N'hésitez pas à visionner la vidéo réalisée pour cet évènement : http://video.rotary.org/mhDR/a-century-of-doing-good-in-the-world