Profondément attachés au respect de valeurs humanistes le Rotarien ne se contente pas d’afficher des principes. Il soumet en permanence toute action à un questionnement pour s’assurer de leur pertinence.
 

En 1932, dans une Amérique frappée par la grande dépression, Herbert J. Taylor, nouvellement nommé à la tête d’une entreprise d’ustensiles de cuisine au bord de la faillite à Chicago, formule ce qui allait devenir le Critère des quatre questions, la référence éthique des Rotariens du monde entier.

Les quatre questions sont traduites dans plus de 100 langues.

  1. Est-ce conforme à la vérité ?
  2. Est-ce loyal de part et d'autre ?
  3. Est-ce susceptible de stimuler la bonne volonté réciproque et de créer des relations amicales ?
  4. Est-ce bénéfique à tous les intéressés ?

La forme actuelle

Le Conseil de Législation de 2013 en a simplifié l’expression sous la forme actuelle :

1. Est-ce vrai ?
2. Est-ce juste ?
3. Est-ce source de bonne volonté et d’amitié ?
4. Est-ce équitable et bénéfique pour chacun ?