L’orchestre national de Metz s’est livré à une ultime séance de recalage d’une oeuvre de Rachmaninov.

Sous la baguette de son chef, David Reiland, l’orchestre national de Metz s’est livré à une ultime séance de recalage d’une oeuvre pour piano et orchestre de Rachmaninov. L’occasion pour la phalange d’ouvrir ses travaux au public dans le cadre d’une opération initiée par le RC Metz Rive gauche. Objectif : dégager des moyens pour servir l’association Carrefour qui œuvre au profit de l’insertion professionnelle et sociale des jeunes.

Une première salve avait été tirée avec l’ultime concert de Jacques Mercier à la direction de l’ONM en juin 2018. Cette opération découverte du travail d’orchestre, avant un grand concert à l’Arsenal, avait drainé des centaines d’auditeurs. Ils en étaient ressortis conquis par ce qu’il avaient entendu et vécu. Metz Rive gauche, qui en avait tiré un bénéfice conséquent avait ainsi pu servir les aidants de la Fondation Bompard. Ce qu’Emmanuelle Champigny avait réussi avec brio, Brigitte Ferrari, notre présidente, avait décidé de le faire fructifier avec le nouveau dirigeant de l’orchestre. Le 27 février dernier, devant plus de 150 personnes venues assister à cette séquence  intensive de travail ont été surpris de constater à quel point il est nécessaire de travailler les pupitres et les différentes section de l’orchestre pour parvenir à l’harmonie recherchée. Près de deux heures durant David Reiland a ainsi interrompu les séquences d’interprétation pour recaler, conseiller, tonifier. Ceux qui sont allés au concert le lendemain ont pu se rendre compte de la nécessité de ce travail, mais aussi de ses fruits.

Dans sa démarche Metz Rive gauche a voulu transformer la mathématique des sons en argent sonnant et trébuchant afin d’offrir à l’association Carrefour présidée par Yvon Schléret, les moyens d’acquérir un tableau numérique. Un outil pédagogique moderne pour enseigner notre langue et ainsi permettre l’insertion professionnelle et sociale à des jeunes en perdition, ou issus de l’immigration. Yvon Schléret, présent à l’issue de la phase musicale de cette soirée à l’Arsenal a remercié MRG pour son engagement. Une œuvre qui sera d’autant plus aisée à parachever, que Metz Rive gauche a travaillé très en amont de cette soirée et obtenu une subvention du District 1790. Elle sera d’autant plus la bienvenue, que malgré la qualité de l’offre musicale et de labeur des musiciens ou l’engagement sans faille des Rotariens, la fréquentation n’a pas été au même niveau que lors de la première l’an passé. Reste que Rachmaninov peine à être aussi populaire que la symphonie numéro 9 de Beethoven !

Gilbert Mayer