A la faveur de notre conférence de District qui s’est déroulée à Pont-à-Mousson, Guy Esselen, représentant le président international Ian Riseley a plaidé pour les clubs s’engage dans un septième axe stratégique : celui de la protection de l’environnement.

Face aux caricatures du Rotary et de l’image que le club peut avoir dans l’opinion, Guy Esselen n’a qu’une réplique : il nous invite à l’action. Elle reste en effet le meilleur moyen de montrer que le Rotary ne réunit pas un groupe de nantis autour d’une bonne table, mais qu’il fédère des professionnels engagés dans la vie économique et sociale au service de la société. « Donc des actes plutôt que des paroles » a insisté l’orateur. Il n’en demeure pas moins que nous devrons continuer à faire savoir ce que produisent nos actes, qui contribuent à la configuration d’un monde meilleur pour tous.

A l’instar du président international Guy Esselen a fortement insisté pour « qu’un septième axe stratégique rotarien voie le jour : celui de la sauvegarde de l’environnement et de nos richesses naturelles ». Il souhaite ainsi que tous les clubs plantent un arbre, ce qui pourrait rapidement constituer une forêt de 1,2 million d’arbres à travers le monde. Dans un univers rotarien, qui produit 16 millions d’heures de volontariat par an, la force et la détermination du réseau qui se mobilise en faveur des grandes causes et donc de l’environnement, peuvent devenir un moteur pour l’humanité.

Rajeunir et féminiser

Le Rotary est centenaire et souvent, parce qu’ils sont fidèles à leurs clubs, les membres y militent des décennies durant. Formidable ! Sauf que si l’on n’y prend pas garde, un vieillissement brutal desdits clubs peut en résulter. Selon Guy Esselen, il est donc urgent « de rajeunir la pyramide des âges. Actuellement les moins de 40 ans ne représentent que 11% de l’effectif, alors que les 40-60 ans pèsent 43% et que les plus de 60 ans, flirtent avec les 48%. Il est temps d’abaisser l’âge moyen de nos clubs ». Même chose en ce qui concerne la féminisation, qui dans le monde n’intervient qu’à hauteur de 21% et en France à valeur de 16,7%. Dans une société globale où les femmes sont à parité avec les hommes, il reste du chemin à parcourir.

Démultiplier l’action avec la Fondation

Durant l’année écoulée le nombre des subventions de district a atteint les 405 cas.

« Autrement dit 405 des 533 districts participent et on reçu 25,4 millions de dollars pour les actions que leurs clubs conduisent. Cela signifie aussi que depuis l’introduction du plan de l’avenir en 2013, plus de cent millions de dollars ont été octroyés à des subventions de Districts par la Fondation » a indiqué Guy Esselen. Durant la même période 668 subventions mondiales ont été approuvées pour un total de 43 millions de dollars, soit 300 millions de dollars depuis 2013.

(Lire sur notre site l’intégralité du discours prononcé par Guy Esselen, représentant Ian Riseley, président international du Rotary)