Bruno, Charles et Jacky, nos 3 derniers past-gouverneurs nous parlent avec conviction de l'action professionnelle. Passionnant!

 

Bruno : Supplément humanitaire

Lorsque Paul Harris et ses amis ont commencé à se réunir, c’est parce qu’ils étaient des professionnels qui à des titres divers, étaient amenés à se rencontrer. Ils partageaient une vision commune du monde. Parce qu’ils voulaient s’opposer à la dérive morale qu’ils constataient dans le monde qui les entourait en 1905 à Chicago ils ont décidé d’unir leurs forces en créant le Rotary. Avec le souci de moraliser la vie des affaires, ces professionnels venus d’horizons divers, ont engagé le combat. C’est dire l’exigence éthique qui animait ces hommes probes et généreux, puisqu’au-delà de l’exigence morale, s’est rapidement imposé le service à la collectivité. Depuis, cette double dimension qui fait la richesse de notre mouvement nous caractérise toujours. Le critère des quatre questions et l’action humanitaire sont les deux jambes qui nous permettent d’avancer. Mais savons-nous encore être fiers des professions que nous exerçons ? Savons-nous reconnaître que l’on se réalise au travers des tâches que nous remplissons ? Que le travail n’est pas une fatalité, mais une joie, celle que donne la satisfaction d’avoir rempli son rôle au sein de la collectivité. Il nous faut valoriser l’action professionnelle au-delà des prix que nous remettons, en ayant le souci d’échanger sur nos professions respectives, en ayant la volonté d’assurer au sein de nos clubs une réelle représentativité des nouveaux Rotariens et la variété de leur classification professionnelle. C’est à ce prix que notre position au sein de la collectivité sera reconnue et que nous pourrons attirer et retenir les jeunes professionnels par l’exemple donné et le discours tenu.

Ainsi, forts de la diversité de nos origines professionnelles et de nos compétences, nous serons en mesure de faire rayonner le Rotary et d’apporter au monde un supplément d’humanité.

 

Charles : donnons dans le concret

Développement économique et action professionnelle, nous sommes bien au coeur de nos principes fondamentaux ! Souvenons-nous qu’en 1905, lorsque Paul Harris a créé ce magnifique mouvement, c’était dans le but de remettre l’éthique au centre des affaires. Rapidement, il est apparu nécessaire de faire partager ce point de vue au monde en y ajoutant une dimension humanitaire : le Rotary était né ! Qu’en est-il aujourd’hui ? Sur les bases de ces deux piliers, les clubs doivent évoluer en fonction des nouvelles donnes des jeunes professionnels qui rejoignent nos rangs. S’adapter au monde moderne, c’est une source de vitalité. Mais ne perdons pas de vue les principes qui régissent la vie rotarienne en participant aux actions et aux réunions, lieux privilégiés d’échange et de partage. Cela implique aussi d’aider notre jeunesse en ouvrant les portes de nos établissements, nos entreprises aux différentes demandes, qui d’un stage, qui d’un avis par un regard extérieur et pourquoi pas d’une aide à la création d’entreprise dans un partenariat... C’est ainsi que nous montrons notre engagement concret pour le développement économique et l’action professionnelle, sources de Paix dans le monde, montrant bien la transformation en actions concrètes de notre idéal de « faire don de soi au monde ».

Jacky : enchantons nos métiers

Avec Françoise, je vous présente mes meilleurs voeux pour 2018. Des voeux pour vous-mêmes et vos familles, pour votre activité professionnelle. Bienveillance, engagement, esprit positif, faire son possible, travailler en équipe, faire confiance, tous ces mots font partie du “wordle“ de mes voeux pour un Rotary au service de l’Humanité. Cette

Humanité qui commence à notre porte. Janvier est dans notre calendrier le mois de l’action professionnelle. Quoi de plus gratifiant que de rencontrer un jeune ou ses parents reconnaissant envers le Rotary qui lui avoir permis de découvrir la profession de ses rêves ? Oui, nous pouvons faire rêver par nos professions, celles de nos collaborateurs, de nos amis. Les jeunes de l’Interact de lycée Jeanne d’Arc de Nancy ont ainsi transmis 25 demandes de découverte d’une profession : médecin, réalisateur, chimiste, journaliste, chercheur, policier, ingénieur en diverses spécialités.

Nous comptons des amis dans pratiquement chacune de ces professions et nous savons trouver parmi nos relations, celles que nous n’exerçons pas. La liste envoyée d’abord aux clubs de Nancy pour inviter à recevoir ces jeunes de terminale n’a connu qu’un succès limité puisque je n’en ai reçu… aucune réponse. Alors j’ai modifié la façon de demander en écrivant directement aux amis qui exercent la profession recherchée. Par exemple un e-mail a été adressé à Nordine pour lui faire part de la demande d’Eléonore de découvrir la profession de chirurgien. En retour, il m’a répondu « je prends contacts pour la recevoir ». A ce jour, la quasi-totalité des demandes est en cours et j’espère d’ici la fin Janvier, pouvoir dire que ces 25 jeunes ont vu leur rêve réalisé par les amis Rotariens. En fait ce sera la 2° vague puisque nous avions déjà réalisé une dizaine de rêves au mois d’octobre dernier. Cette découverte des professions me paraît être l’action professionnelle de référence que chacun d’entre nous se doit d’accepter à tout moment lorsque la demande est exprimée. Charles a signé l’an dernier la convention qui en établi le principe avec le Recteur de l’Académie. Voici donc une grande action de notre domaine professionnel, qui trouve son organisation et que Charles va pouvoir gérer pour son suivi. J’espère que nous la poursuivrons longtemps avec Jean-Paul, Cordula et Francis. De façon plus complète, Rodolphe a rédigé le panorama des actions professionnelles initiées ou coordonnée par le district. Celles-ci viennent compléter ou consolider les actions de vos clubs et des interclubs. OUI, vraiment, nous avons de quoi faire vivre un Rotary de professionnels au service de la jeunesse pour son avenir professionnel. C’est l’une des voies majeures de notre image locale pour un Rotary au service de l’Humanité qui débute à notre porte et parle concrètement à l’oreille de nos concitoyens.